Roskomnadzor, un organisme de surveillance des communications appartenant à l’État russe, affirme que les géants américains de la technologie Google, Facebook et YouTube ont interféré avec les élections locales de cette semaine en autorisant la diffusion d’annonces politiques, rapporte Reuters.

De tels actes peuvent être considérés comme une ingérence dans les affaires souveraines de la Russie et une entrave à la tenue d’élections démocratiques dans la Fédération de Russie“, lit-on dans un communiqué publié sur le site Internet de Roskomnadzor. “De telles actions d’entreprises étrangères sont inacceptables.”

Inutile de dire que cette situation est ironique – les politiciens américains accusant à plusieurs reprises les acteurs russes de s’être ingérés dans les élections présidentielles de 2016.

Aleksandr Malkevich, haut responsable de la Chambre civique russe, a déclaré à la chaîne de télévision russe RT que Google avait affiché des annonces pour un système de «vote intelligent», promu auparavant par la personnalité de l’opposition Aleksey Navalny.

La nouvelle vient après que 20 candidats – tous approuvés par Navalny – aient obtenu des sièges à l’assemblée des 45 membres de la Douma à Moscou lors des élections de dimanche. Malgré une grosse perte, United Russia, le parti au pouvoir, conserve sa majorité.

La nouvelle vient aussi après le limogeage et l’exclusion d’une douzaine de candidats à la législature moscovite et de critiques de Poutine – dont beaucoup sont des partisans de Navalny – par le Kremlin, qui a déclenché une manifestation massive en août.

RT rapporte également que Facebook aurait publié deux publications que la commission électorale de Moscou tentait de publier.

Google, Facebook et YouTube n’ont pas répondu aux questions de Reuters.