Signature de l'accord d'association entre le Maroc et le Royaume-Uni, le 26 octobre à Londres. A gauche le ministre des affaires étrangères Nasser Bourita et à droite le secrétaire d'Etat britannique chargé du développement international, du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, Andrew Murrison.

L’après Brexit se prépare. Alors que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) est imminente, un accord d’association a été signé entre Rabat et Londres pour assurer la continuité des échanges bilatéraux après le Brexit.

Samedi 26 octobre dans la capitale britannique, le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des MRE, Nasser Bourita, et le secrétaire d’État britannique chargé du développement international, du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, Andrew Murrison, ont signé l’accord d’association entre le Maroc et le Royaume-Uni.

Cet accord “restitue dans le contexte des relations bilatérales entre le Maroc et le Royaume-Uni, l’ensemble des avantages qu’ils s’accordaient mutuellement dans le cadre de l’accord d’association Maroc-UE”, indique le ministère des affaires étrangères. L’accord “assure une transition harmonieuse, qui maintient la fluidité des échanges et garantit leur sécurité”, peut-on encore lire.

Le Maroc est le deuxième pays africain (après la Tunisie) et le troisième pays arabe (après le Liban) à signer cet accord avec le Royaume-Uni. 

Deux accords sous forme d’échanges de lettres, portant sur un mécanisme de règlement des différends et sur un accord mutuel sur l’accès au marché britannique de l’ensemble des produits issus, notamment, du Sahara marocain, ont également été signés à cette occasion, de même qu’une déclaration politique entre les deux pays.

Les accords entreront en vigueur après le Brexit

“S’il est vrai que les 3 instruments juridiques sont signés dans la perspective d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, il n’en demeure pas moins qu’ils ne préjugent en rien du débat national interne au Royaume-Uni concernant le ‘Brexit’”, tient à souligner le département de Nasser Bourita. Leur entrée en vigueur est prévue après la sortie officielle du Royaume-Uni de l’UE, précise la même source. 

“C’est le couronnement d’un processus soutenu et dense avec les partenaires britanniques en vue de répondre aux effets induits par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne”, a expliqué le ministre, notant qu’à travers la signature de ces documents, “les deux parties ont réussi à transformer le défi du Brexit en une véritable opportunité pour le développement continu de nos relations bilatérales”.

Pour Nasser Bourita, “c’est un message fort, en direction de la communauté des affaires, des consommateurs des deux pays et toutes les autres parties prenantes pour la garantie, la continuité et le développement des échanges et des relations commerciales lorsque le Royaume-Uni cessera d’appartenir à l’UE”.

Ces différents documents visent en effet à approfondir et développer les échanges entre les deux pays, notamment en matière économique. En 2018, les échanges ont atteint la valeur de 18.403 millions de dirhams, faisant du Maroc le 7ème marché d’exportation du Royaume-Uni.