Au 23 août, le Maroc disposait de 2,5% de plus en réserves internationales totales qu’au même moment en 2018.

La banque centrale marocaine, Bank Al Maghrib, a fait savoir que le Maroc disposait de 232 milliards de MAD en devises internationales, selon un média appartenant à l’Etat, Maghreb Arab Press (MAP).

Durant la semaine du 22 au 28 août, sur la période du sommet du G7 en France, le dirham a progressé de 0,23% par rapport à l’euro et de 0,10% par rapport au dollar. La semaine a été marquée par l’escalade de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et par les craintes d’une récession de l’économie allemande.

L’année dernière, le dirham s’est progressivement renforcé par rapport à l’euro. En même temps, le dirham s’est légèrement affaibli par rapport au dollar.

Le Maroc s’est engagé en janvier 2018 dans un plan visant à faire flotter le dirham et à s’éloigner progressivement des taux de change fixés. Toutefois, en janvier 2019, le gouvernement a décidé de reporter à plus tard les variations des taux de change en raison de la dette du Maroc.

Un responsable, qui a requis l’anonymat pour Bloomberg, a déclaré que l’assouplissement du taux de change du dirham pourrait porter atteinte aux réserves de change du Maroc en raison de “l’environnement commercial mondial imprévisible et de l’absence de reprise probable des échanges avec les principaux partenaires européens“. Deux autres responsables ont déclaré que d’autres changements pourraient attendre jusqu’en 2020.