Directeur central de la Police Judiciaire, M. Mohamed Dkhissi

Marrakech – Le succès de l’expérience sécuritaire pionnière du Maroc témoigne d’une vision profonde de la stratégie mise en œuvre en la matière, aussi bien sur le plan local que dans le cadre de la coopération et de l’échange d’expertises, a souligné, lundi à Marrakech, le Directeur central de la Police Judiciaire, M. Mohamed Dkhissi.

Cette stratégie sécuritaire a fait de la formation aux Droits de l’Homme l’un de ses piliers majeurs, aux côtés de la mise en œuvre de la bonne gouvernance, de la reddition des comptes, de l’activation d’un plan sécuritaire basé sur l’unification des efforts de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) et de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST), et de l’encadrement de l’action policière, à travers un code de bonne conduite très avancé, a ajouté M. Dkhissi, également Chef du Bureau d’Interpol à Rabat, à l’ouverture de la 4è réunion des Chefs de police du Moyen Orient et d’Afrique du Nord, ainsi que ceux des Iles Comores, de Djibouti, du Soudan, de la Somalie et de la Mauritanie.

Et de poursuivre que les efforts du Royaume dans le domaine sécuritaire, conformément aux Hautes Orientations de SM le Roi Mohammed VI, sont axés sur la qualification du personnel des services de police sur les plans scientifique, technique, opérationnel, éthique et comportemental, à même de l’ériger en un acteur agissant, toujours proche de la réalité de la société et au fait de l’ampleur des défis sécuritaires à relever, avec une clairvoyance et un sens élevé de responsabilité.

M. Dkhissi a tenu à rappeler que l’institution sécuritaire au Maroc veille, dans le cadre de son souci permanent à préserver la sécurité et la quiétude des citoyens, à adopter une démarche basée sur la vigilance et la proactivité pour l’obtention des renseignements et la prise des mesures urgentes et efficaces qui s’imposent, ce qui lui a permis d’être toujours capable, en tant que système sécuritaire solide, à immuniser le pays contre toutes les menaces des organisations terroristes.

“La politique sécuritaire du Maroc en matière de lutte contre l’extrémisme, le terrorisme et le crime organisé a permis de réaliser des résultats remarquables à même d’ériger le Royaume en un modèle à suivre par les pays de la région et à l’échelle internationale”, a soutenu M. Dkhissi.

Dans ce sillage, il a donné un aperçu exhaustif sur la conjoncture actuelle caractérisée par une criminalité complexe à dimension internationale et transnationale, dont la dangerosité n’est plus à démontrer, citant à titre d’exemple la connivence avérée entre les groupes terroristes et le crime organisé transnational (trafic d’armes, traite humaine, trafic de drogues, prises d’otages moyennant le paiement d’une rançon, blanchiment d’argent etc). 

Il a ainsi souligné l’impératif d’une coopération régionale et internationale plus élargie et d’une coordination plus renforcée entre les différents pays.

M. Dkhissi a relevé, dans ce sens, que la consolidation et le développement de la coopération sécuritaire figurent en tête des priorités de la DGSN, animée par cette volonté constante de partager son expertise, partant de l’importance stratégique accordée par le Royaume, sous le leadership de SM le Roi, au raffermissement des relations de coopération avec les autres pays pour apporter des solutions appropriées aux défis sécuritaires actuels.

“Si la volonté de l’institution sécuritaire au Royaume est de consolider ce genre de coopération entre nos pays, elle est aussi la nouvelle orientation prônée par l’ensemble de la communauté internationale, à travers la mise en place de mécanismes, dont les Conventions Internationales qui témoignent de la volonté effective des États à promouvoir cette coopération”, a-t-il enchaîné.

Tout en soulignant l’importance de la coopération internationale et de l’échange d’expertises, M. Dkhissi a mis en avant le rôle majeur joué par l’institution sécuritaire marocaine en tant qu’acteur de premier rang dans différents domaines à vocation sécuritaire (échange de renseignements, sécurisation du transfert des personnes faisant l’objet d’avis de recherche, exécution des mandats d’arrêt internationaux, échange d’expertises dans le cadre de la formation et de la formation continue et en matière de lutte contre les menaces terroristes…).

Face à un contexte sécuritaire régional et international complexe, les pays participants à ce conclave ont besoin d’un référentiel sécuritaire commun ayant pour fondement la coopération efficiente, a-t-il insisté, notant que l’institution sécuritaire marocaine ne cesse de consacrer cette requête vitale, qui illustre le choix du Royaume pour abriter les travaux de cette réunion dans la perspective d’aboutir à une coopération sécuritaire plus solide et d’en faire une valeur commune partagée par tous les pays de la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord.

Cette Réunion de deux jours, qui se tient pour la première fois en dehors du Quartier général de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) basée à Lyon, examinera les moyens et les mécanismes à mettre en œuvre pour renforcer et consolider la coopération entre l’Interpol et les services de police des pays participants.

Elle s’inscrit aussi dans la continuité des précédentes réunions des Chefs de police du Moyen Orient et d’Afrique du Nord, des Iles Comores, de Djibouti, du Soudan, de la Somalie et de la Mauritanie, et devra asseoir de nouvelles bases d’échange et de partenariat et aboutir à des recommandations constructives pour relever ensemble les différents défis sécuritaires auxquels sont confrontés ces États.