Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio.

Le gouvernement italien a annoncé la signature d’un nouveau décret concernant les demandeurs d’asile. Le décret, selon l’agence de presse italienne ANSA, permet aux autorités de réduire le délai de prise de décision pour les demandes d’asile de deux ans à quatre mois.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, s’est dit satisfait de la signature de ce décret, soulignant qu’il «s’agissait d’un effort d’équipe».

«Je remercie le ministre (de la Justice) (Alfonso), Bonafede, le premier ministre (Giuseppe) Conte et la ministre (de l’Intérieur) (Luciana) Lamorgese car nous avons signé ce matin un décret ministériel nous permettant de fixer les mesures permettant de déterminer si un migrant peut rester en Italie de deux ans à quatre mois », a-t-il déclaré.

M. Di Mio a indiqué que les 13 pays figurant dans le programme de rapatriement sont les suivants: Algérie, Maroc, Tunisie, Albanie, Bosnie, Cap Vert, Ghana, Kosovo, Macédoine du Nord, Monténégro, Sénégal, Serbie et Ukraine. Les pays figurant sur la liste sont considérés comme sûrs pour le rapatriement, ce qui signifie que la vie des migrants expulsés ne sera pas menacée.

Ce plan est la «première étape de notre plan pour des rapatriements en toute sécurité», a déclaré De Mio.

Di Maio a expliqué les motifs de la nouvelle législation. “Nous travaillons pour éviter le” facteur d’attraction “qui peut être évité en faisant clairement savoir que ceux qui ont besoin d’aide sont les bienvenus, mais que ceux qui, en vertu des règles internationales, ne peuvent rester, seront rapatriés.

En février, le Guardian a annoncé que le gouvernement italien avait rejeté 24.800 demandes d’asile en quatre mois.